Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

16/08/2008

RETOUR D’ ANDREE A LONGPONT. Récit de Maurice RENOUX

A NANTES, Andrée avait eu un “Ausweis” délivré par les Allemands. C’était l’autorisation de circuler que délivraient les Allemands pendant l’occupation (194O-1944). Elle était “invitée” à retourner à LONGPONT. La maison, en Mai Juin, avait été habitée par les troupes françaises. Quand Andrée arriva, elle était habitée par des soldats allemands. Pendant l’exode tout avait été pillé, souillé, cassé, (cela en plus des bombardements). Andrée demanda à un officier allemand d’évacuer la maison, lui rappela qu’en temps de Paix, il était interdit de loger la troupe dans un immeuble administratif.
L’officier prit très mal et lui répondit, ”Vous avez six soldats, mais, demain, vous en aurez douze, car les Allemands ne sont pas des voleurs”. Il tint parole. Les enfants revinrent en Septembre à la maison. Andrée retourna à la KOMMANDANTUR. L’évacuation complète se fit alors. ( 1er Octobre 1940).
Quant à moi, je quittais BORDEAUX pour retourner dans la MANCHE en chemin de fer. Je fis un détour pour aller embrasser ma femme. Elle était bien ébranlée par tous les événements qui avaient eu lieu depuis son départ le 17 Mai !; J’avais donc été affecté à Saint LÔ; puis à JUVIGNY le TERTRE, puis à VALOGNES, enfin, fin Septembre, je fus provisoirement affecté à VILLERS-COTTERETS, (tout près de LONGPONT), en attendant de rejoindre MONTCORNET.
Petit à petit la famille retournait à LONGPONT.

23:05 Publié dans Exode 1940 | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : Exode

400830 Lettre d’Andrée RENOUX à sa mère Marguerite HENAULT

Longpont le 30 Août 1940

Ma chère Maman

J’apprends par Janine que tu ses revenues à Colombes. Je pensais que tu avais eu des nouvelles de Lucette et des garçons puisque vous pouviez correspondre. Ecris moi vte ce que tu sais sur eux. Dès mon arrivée ici je t’avais envoyé une lettre, elle est revenue avec la mention « inadmis » Que deviennent ces pauvres petits, je me tourmente bien à leur sujet et compte sur toi pour me donner bien vite des nouvelles.
Je ne peux plus m’absenter d’ici car l’équipe actuelle de mes invités n’est pas la même que celle que j’avais au début. Il faut même que j’ai l’œil partout.
Vite ma petite mère écrit moi ! bien vite des nouvelles de mes trois exilés
Je vous embrasse bien fort tous et toi particulièrement
Andrée RENOUX

23:00 Publié dans Exode 1940 | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : Exode

400907 Lettre d’Andrée RENOUX à sa fille Janine

Longpont le 7 Septembre 1940

Ma petite Nine et tout le monde à COLOMBES (seine)

Je respire pour la santé de ma Ninette. Il faut qu’elle se tienne bien droite et ses poumons s’élargiront. Quand aux traces d’albumine cela m’ennuie un peu, j’ai toujours craint pour elle cette maladie à cause de ses chevilles enflées
Chaque lettre, Nine, me promet une photo et toujours rien, Petite tête folle !
Je comptais sur mémère Marguerite pour me donner des nouvelles des enfants, mais je vois qu’elle n’en sait pas plus long que moi…Pourtant la correspondance marchait en Franc … libre !
Quant à moi, je suis toujours en…….. Et du simple billet de logement, c’est passé au cantonnement !! Alors vous voyez ça d’ici.
Les fenêtres et les portes sont remises en place, on m’a même mis des vitres mais pas dans toutes les pièces car il y a pénurie de cette marchandise Le principal soit qu’il y ait plus de courant d’air
J’attends maintenant le courrier, ça c’est une autre affaire. Inutile de vous dire que c’est la croix et la bannière pour en trouver un de disponible. Si les fenêtres et les portes sont remises c’est parce que parmi les prisonniers français cantonnés dans les fermes, il y avait des menuisiers et moyennant 10 Fr. par jour payés par la commune on a pu à Longpont retaper les ouvertures. Malheureusement, je n’ai pu les avoir que 7 jours. Ces malheureux sont partis il y a quelques jours pour une destination inconnue.
Je vous quitte et vous embrasse tous bien affectueusement sans oublier la Grange Batelière. De grosses bises supplémentaires à ma Nine.
Ma petite Nine prends tu au sérieux ton travail de classe ?
Andrée RENOUX

22:59 Publié dans Exode 1940 | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : Exode

400920 Lettre d’Andrée RENOUX à son mari Maurice RENOUX



Longpont vendredi 20 septembre 40.



Minou chéri

Aujourd'hui, je suis un peu remise de ma joie d'hier et après réflexion je me demande comment il se fait que Lucette ne m’a pas écrit un petit mot? Peut-être disait-elle qu'elle était
souffrante et que tu as préféré ne pas m'envoyer sa lettre?
Je ne fais que relire la lettre de notre Pierrot et suis heureuse d'avoir un enfant aussi prévenant. J'envoie ta lettre à Janine en la priant de me la rendre.
Avec mon" troupeau" je n'ai pas envie d'arranger la maison. "Ils" cassent et broient tout.
Maintenant qu'il fait froid "ils" s'installent le soir dans la cuisine près de la cuisinière il y en a toujours au moins trois ou quatre comme je l'ai dit à Mr Boquet hier c'est tout juste si je ne couche pas avec eux.
La nuit, je les entends "prouter" et ronfler et c'est à peine si j'ose faire mes petits besoins, car la cloison est bien mince.
Ils sont chez nous comme chez eux. Je ferme mon placard à clef, ainsi que la salle à manger. Qu'ont donc fait tous les hommes du village voisin pour être mis dans un camp de concentration? En tous cas ils n'ont pas l'air de vouloir s'en aller de sitôt et s'installent pour longtemps.
Si je crains des grenades dans la cheminée c'est que j'ai trouvé différentes choses dans le conduit jusqu'à une petite armoire de poupée qui appartenait à Lucette quand elle était jeune, des bouquins, des cahiers de Pierre et certainement qu'il y a autre chose car mon bras n'a pas pu descendre bien loin.
Tu devrais peut-être écrire personnellement à Mr Boulanger pour lui demander de venir à Villers - Cotteret remplacer celui qui est prisonnier. Cet homme là est charmant et en lui demandant son avis, il ne refusera pas de te donner un conseil pour obtenir satisfaction si la chose est possible.
Ecrit aussi à M. Hesteing pour lui demander son avis sur les enfants. Je te charge de cette corvée parce que tu tournes les lettres mieux que ta g ... de femme!
J'ai écrit à la Samaritaine pour lui demander de m'envoyer un catalogue pour la literie.
J'ai reçu une lettre aujourd'hui m'annonçant que ses stocks étaient épuisés et ne pouvant pas encore les renouveler elle regrettait de ne pouvoir donner suite à mon désir. Il faudra bien cependant avoir de quoi coucher cette progéniture?
Je m'arrête aujourd'hui et reprendra ma lettre demain après le courrier.

Samedi 21

Une lettre de Janine aujourd'hui que je te joins. Je lui réponds immédiatement, affirmativement car elle n'a pas de robe pour cet hiver.
Je te fais mille caresses affectueuses.
Ta petite Dédée

22:57 Publié dans Exode 1940 | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : Exode

400921 Lettre d’Andrée RENOUX à sa fille Janine

Longpont le Dimanche 21 septembre 1940

Ma petite Nine
Entendu pour ta robe Reçu hier par l’intermédiaire de ton papa une bonne lettre de notre Pierrot. Lis là, fais la lire et retournes la moi car j’y tiens. J’ai pleuré en la lisant. Remercie bien ta tante, ton oncle et ta mémère pour te gâter ainsi. Tu as du être heureuse qu’on te fête ton anniversaire.
Pauvres enfants, je voudrais bien vous avoir tous autour de moi ; mais je n’ai pas de matelas pour vous coucher J’en ai ramassé des vieux dans les champs, il y en a deux de grandes largeur, la laine une fous sèche et lavée sera bonne, mais il faut de la toile.
J’ai demandé à la Samaritaine de m’envoyer ses prix, elle m’a répondu hier, qu’elle n’avait plus de marchandise et qu’elle attendait la réouverture des fabriques, pour pouvoir faire éditer un catalogue.
Je te quitte. Je t’embrasse bien fort, bien fort ainsi que toute la maisonnée
Ta Maman.

22:56 Publié dans Exode 1940 | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : Exode