Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

23/08/2008

Lettre à Janine et à ?....adressée par sa mère Andrée RENOUX

Je couche chez Madame Dollé. La maison est ouverte à tous les vents. Dans une cour une cuisse de cheval en p par sa mère Andrée RENOUX putréfaction, dans un puits (celui de Cheffy) une tête de vache ! Quel jour vous parviendra cette lettre, faites le moi savoir.
Longpont le 4 août 1940

Chers tous et petite Nine


Me voici à Longpont que j’ai trouvé semblable à mon départ (extérieurement), c'est-à-dire que le 20 Juin le plus gros de la Bataille était terminée. A part les portes et les fenêtres qui ne ferment plus (certaines sont même enlevées) les carreaux de cassés et les murs déplacés de quelques centimètres, la maison parait encore solide. La bombe qui est tombée près du bureau a fait un trou que je n’avais pas vu le jour du bombardement, ce trou est juste en face de la porte du bureau. Je l’ai échappé belle ce jour là car il en était tombé une autre de l’autre coté du cimetière parallèlement à celle-là. Du reste, il parait que ce fameux jour il en est tombé cinquante. Une est tombé en plein sur une maison de l‘autre coté du monument aux morts et sept sur le château. Un avion a bombardé les ruines quelques jours après sans grand dommage.
Les quelques meubles venant de la grand-mère Louise ont été retrouvés à la cave, cachés dans de vieilles couvertures avec des livres de Lucette. Tout a été retrouvé moisis et décollés, il est vrai, mais avec un peu de patience et de temps, ils sont parait-il arrangeables. Ils ont échappés au pillage et à la destruction systématique. Il faut avoir vu ça pour le croire. Jusqu’à la conduite qu’on a sciée. Je n’ai retrouvé qu’un matelas et les sommiers Quant au reste de la literie, rien ! Rien d’autre ! Tout a été volés ou dispersés dans les champs et la forêt. Dans la campagne on ne fait pas cinquante mètres sans voir des matelas et sommiers pourris.
Rien que dans le bureau et le grenier il y avait plus de 30 matelas lorsque les premières personnes d pays sont arrivées. Ceux là ont fait leur choix et ces pourquoi les chambres étaient vides à mon arrivée, je n’ai trouvé qu’un matelas. Il y a 3 semaines les rues du village étaient jonchées de meubles cassés de batterie de cuisine. Ainsi ma table de nuit a été retrouvée complètement broyée. On croirait……………….(
il manque la suite)

00:36 Publié dans Exode 1940 | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : Exode

Les commentaires sont fermés.