Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

29/05/2008

RETOUR A LA VIE CIVILE.

Avant de penser au mariage, je devais me refaire une situation. Je repris donc le chemin de la rue du 4 Septembre, chez DRAULT, (dentelles, broderies) avec mon ancien chef M. MICHEL. Le travail avait bien changé. La crise dans la Haute Couture commençait, les femmes élégantes avaient abandonné les robes vaporeuses en dentelles, pour le tailleur ou la robe simple en tissus légers, (crêpes de CHINE, foulards, etc. . .). Mes collègues, comme moi-même, ne retrouvaient pas le chiffre d’affaires d’avant guerre. Or, nous étions payés à la commission, sans aucun fixe.
Félix donc, après son mariage avec Marcelle, avait appris le métier de coiffeur. Il parla de ma situation à un de ses clients qui était chef de service à la “Société Générale”. Celui-ci lui conseilla que je fasse une demande pour entrer dans la banque.
Je reçus une réponse favorable et je fus affecté à l’agence d’ASNIERES où je fis des additions du matin au soir, c’était fastidieux. Peu après, je partis à l’agence située à PARIS, près des Halles aux vins. C’était une des plus importante, car il y avait de très gros clients, (raffineries, marchands d’apéritifs et de vins en gros, etc.). Je fus frappé par les dispositions prises contre les gangsters. A chaque guichet, il y avait un pistolet automatique, non visible par les clients ainsi qu’un bouton d’alarme. De plus une carabine se trouvait dans le bureau du Directeur, ainsi que dans le local de la comptabilité.
Un jour le directeur m’informa que je devais me présenter à la Direction des Agences de PARIS située rue EDOUARD VII. Je fus affecté au service “Escompte et banque”, le même immeuble contenait également la Direction des Agences de Province, les Renseignements Généraux et les Renseignements Financiers. Nous étions répartis en sections comprenant six employés, hommes ou femmes, avec un chef de section. Nous avions un certain nombre d’agences à nous occuper. La partie “Escompte” consistait à enregistrer les effets de commerces “escomptés”. Il nous appartenait de vérifier si le “tiré”. , qui avait accepté une traite était honnête et jouissait d’un bon crédit. L’ensemble des renseignements permettait de connaître s’il s’agissait bien d’un achat réel et non d’une facture de complaisance. Le ‘tireur” qui remettait ainsi des traites dites de “Cavalerie” était vite démasqué et son crédit dans les banques était coupé. De même le “tiré”, qui était complice, subissait le même sort. Avec un peu de métier on arrivait à déjouer toutes les astuces, car dans les clients il n’y avait pas que des honnêtes gens.
Je me fis inscrire aux cours de perfectionnement (cours de comptabilité, de droit, de banque, etc. .). Je fus affecté spécialement à l’étude des affaires présentées à notre groupe d’agences. C’était très intéressant. Tous les renseignements recueillis étaient classés dans un dossier et résumés sur une feuille annotée par nos soins, puis transmise successivement à tous les degrés de la hiérarchie. L’employé était donc jugé au fur et à mesure des dossiers transmis.C’est pendant mon séjour à la Société Générale que nous décidâmes, Andrée et moi, d’unir nos destinées.
MARIAGE D’ ANDREE HENAULT ET DE MAURICE RENOUX.
Andrée et moi, sentions bien tous les deux que nous ne pouvions plus rester seuls. J’étais bien habitué à Luce, car je venais le plus souvent possible rue DUROC, où habitait Andrée et sa fillette. En ce qui me concerne, le fait qu’Andrée ait un enfant n’était pas un obstacle, Luce me témoignait beaucoup d’affection, et quand elle apprit que nous avions décidé de nous marier, elle fut la première à s’en réjouir (elle avait alors six ans et demi).
Nous passâmes Andrée et moi, devant le Maire le 15 Février 1921.
Nous avons trois enfants ensemble.
• Janine, née le 15 Septembre 1922.
• Pierre, né le 29 Décembre 1923.
• Claude, né le 03 Mars 1926.
Notre mariage réjouit donc Lucette, du coté de ma belle-mère (Marguerite HENAULT) et de Marcelle, ce ne fut pas pareil, et bien souvent on me faisait des réflexions sur la différence d’âge (Andrée était née en 1892 et moi en 1897). Enfin cela se tassa, nous nous sommes donc mariés le 15/02/21, le 21 Septembre 1922 naissance de Janine (Nine). Je pus apprécier toutes les qualités de Dédée qui à cette époque était “ma petite bichette”. Elle m’avait appris à aimer la musique et nous sortions, (Félix nous obtenait de temps en temps des billets de faveur de ses clients). C’était notre Lune de miel ! ! .
En dehors de mon travail, je m’étais fait inscrire au Club d’athlétisme de la Société Générale (ASG) et un soir je suis allé faire un tour au stade Jean BOUIN, je m’étais équipé sommairement, une paire de souliers de toile. Comme il y avait déjà sur la piste une douzaine de gars qui tournaient “au petit trot”, ce qui me paraissait lent, je voulus prendre la suite du peloton. Au bout de deux cents mètres je partis très...discrètement. Une autre fois, je me dirigeais vers le sautoir en hauteur, je pris mon élan, et en “ciseau” je le franchis sans difficulté. 1,45 m ! , Je n’avais aucun entraînement, je savais que ce n’était pas un exploit, mais j’étais content !

14:40 Publié dans Entre deux Guerres | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : Mariage

Les commentaires sont fermés.