Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

29/05/2008

MA SCOLARITE.

Après être passé dans une institution tenue par des religieuses, je fus placé dans une autre “boite” plus laïque, où je m’aperçus que le maître me prenait avec plaisir sur ses genoux et s’arrangeait pour que mes petites mains se trouvent placées où vous pensez ! Quand ma mère apprit cela, elle me retira aussitôt, après avoir dit ce qu’elle pensait au directeur.
Enfin, j’entrais à l’école “du NORD” dans la classe de Monsieur GRASSOUILLET qui portait bien son nom. Son enseignement ne m’a pas particulièrement marqué. Il n’en fut pas de même l’année suivante avec Monsieur GRENET, en 2emeB, classe qui avec la 2èmeA préparait au C.E.P (Certificat d’études primaires pour l’année scolaire 1908/1909.Nous étions 45 à 50 par classe). Presque tous étaient reçus.
L’année suivante, 19O9/191O, je partis au cours supérieur en première, avec Monsieur BIBER (très ami avec mon ancien maître Monsieur GRENET). Tous deux avaient loué un local en ville pour nous faire travailler jusqu’à 18h environ ou 19h (moyennant 10 FF par mois).
Nous faisions nos devoirs, sans aide et nous avions une explication collective sur ce que nous n’avions pas compris. En fin d’année, je fus présenté à l’examen pour entrer au cours complémentaire: j’y fus reçu deuxième. En Octobre 191O, je fus admis à la nouvelle école du. PLATEAU, à proximité de “mon” pavillon. Le maître du cours complémentaire, Monsieur BALLEY, se rappelait très bien d’avoir eu trois frères successivement ; je devais normalement continuer la série mais un événement familial bouleversa ma vie scolaire.

Les commentaires sont fermés.