Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

16/08/2008

S.T.O pour l’organisation TODT à Manrival:

Texte de Pierre-Jules RENOUX

Les allemands commencent des travaux gigantesques sur le secteur Margival entre Soissons et Laon à proximité du tunnel de Vauxaillon. Il leur faut de la main d’oeuvre et les maires sont tenus de leur en fournir. Comme je ne suis plus au collège et que je n’ai pas un travail bien défini, le maire me désigne en premier.
C’est un pétainiste notoire qui n‘aime pas mes parents; il les a trouvés trop “rouges” en 36. Je suis donc requis le 15 décembre 42. Je me dis que Margival est en France, à 15 km de Soissons et que l’on verra bien ! On est logé à la caserne Gourgaud, transformée en véritable tour de Babel. Il y a des travailleurs de toute l’Europe occupée. On est encadré par des boches en uniforme kaki, brassard rouge et cercle blanc avec T.O. écrit dessus (Todt Organisation).
Départ le matin vers 6-7 heures et retour le soir à 17-18 heures. On mange la soupe, le pain et la ratatouille à l’allemande, ce n’est pas fameux. Quant au boulot, on est aux abords de la voie ferrée, à la sortie nord du tunnel. On décharge des sacs de ciment que l’on stocke dans les bâtiments préfabriqués ; parfois, on nous donne des pelles pour creuser ou boucher des trous. Je me rappelle que je travaillais pour une firme dont le siège social était à Bochum. Un après-midi, j’étais au déchargement des sacs de ciment et un garde avait remarqué qu’au lieu de poser les sacs, je les laissais tomber. Je n’étais d’ailleurs pas le seul. Un sac sur deux éclatait. Il me traite de saboteur et prétend m’emmener au poste. Mais celui-ci est de l’autre côté de la voie. Un train de voyageurs passe au ralenti à cause des travaux et du tunnel. Je saute sur le marchepied, un voyageur m’ouvre la porte, et je disparais, laissant le garde gesticuler et vociférer sur le talus. Je rentre à la caserne et récupère mon barda. Je rentre de nuit à la maison, bien décidé à ne jamais remettre les pieds à Margival. On est à la mi-janvier 43. J’envoie un certificat médical à la boite à Bochum. Il y a une telle pagaille à l’O.T. qu’ils mettront au moins trois semaines avant de réagir, mais, ils réagiront.

Les commentaires sont fermés.