Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

16/08/2008

Automne, hiver 42:

Texte de Pierre-Jules RENOUX

Le 8 novembre, c’est le débarquement américain en Afrique du Nord. Je décide de tenter ma chance, de passer en zone libre et de gagner les Alpes ou le Jura où commencent à se constituer des maquis.
Je prends un billet pour Dole et me retrouve à Chalon sur Saône où les hauts parleurs annoncent en français et en allemand “Contrôle d’identité, préparez vos papiers”. Avant de descendre du train, j’ai le temps de dire à un jeune collégien Prête ton cartable, je te le rendrai à la sortie”. Au contrôle, les Feldgendarmes, constatant que je viens de l’Aisne me font conduire au poste de la gare. Il y a déjà quelques personnes qui attendent. J’ai le temps d’ouvrir le cartable et de lire le nom du propriétaire. C’est mon tour. Le sous-officier allemand me demande ce que je fais à Chalon. Je lui réponds qu’aux vacances de Toussaint, mon copain a oublié son cartable chez moi et que je le lui rapporte. Le Fritz me regarde, incrédule. A ce moment, quelqu’un frappe à la porte, c’est un agent de la SNCF qui déclare “il y a un jeune homme qui prétend qu’on vient de lui prendre son cartable. Je prends la balle au bond “Bien sûr, c’est moi qui l’aie, je viens pour lui rapporter.”
Le Feldgendarme semble convaincu de ma bonne foi et me laisse filer. Dehors, je rends le précieux cartable au lycéen éberlué qui s’excuse et disparaît en vitesse pour rejoindre son bahut.
Je me retrouve seul dans une ville inconnue. Je prends la route du sud et réfléchis à ce que je vais faire pour franchir la ligne de démarcation. Soudain, un bruit de moteur assourdissant, c’est un défilé ininterrompu de camions et de blindés. On est le 12 novembre et les allemands rentrent en zone libre. Pour moi, c’est râpé ! Je reprends le train dans la soirée et rentre penaud à la maison pour me remettre à la cognée et à la serpe

Les commentaires sont fermés.